Blog PASSAGE(S) Comment être sûr que c'est bien ma Voie ? Claire MAUNIE DEBIN

Comment être sûr que c’est bien ma voie ?

C’est une question qui ne m’a pas quittée et qui m’a angoissée plus d’une fois. C’est une question à laquelle, plus de 10 ans après avoir débuté mon chemin de pèlerinage, je sens que j’apporte des réponses plus sereines qu’auparavant, ou en tout cas, lorsque je me pose cette question, l’anxiété du silence qui s’en suivait s’apaise de plus en plus. Je ne vis plus l’angoisse du silence, de l’incertitude et de cette solitude pesante qui semblait me condamner à une errance avec ces questionnements sans fin : « Qu’est-ce que je vais faire de ma vie ???!!! » ; « Pour quoi je suis faite ? »; « Quel est ma mission ? »; « Quel est le but de mon incarnation sur Terre? »; « Est-ce que j’ai raison d’avancer dans cette voie spirituelle qui m’appelle ? »…

Dans cet article de Blog, je ne vais pas te confier de solution miraculeuse ni de réponses toutes faites te disant ce pour quoi tu t’es incarné.e sur Terre, non. Je vais en revanche te communiquer ce qui compose cette posture du quêteur qui t’anime, pour t’aider à clarifier ta vision des choses et à affiner ton radar. Je vais aussi te partager comment trouver tes indices pour t’approcher de la clarification de cette Voie dans laquelle tu as à cœur de t’engager chaque jour qui passe. En tant que passeuse, je peux t’assurer que ce n’est pas toujours simple car une des caractéristiques du passeur est de se vivre dans une forme de « transparence », alors trouver sa voie et clarifier sa vision, c’est un vrai défi quand on a pris l’habitude d’être plus centré sur les autres que sur soi. (J’aurai très certainement l’occasion de te partager dans ce Blog les caractéristiques de cette famille d’âme que j’ai longtemps écartée de moi mais qui par la force des choses m’a rattrapée. )

Dans chaque article de Blog, je m’attèle à te fournir un bonus pratique avec lequel tu pourras t’exercer. Tu peux le télécharger librement et gratuitement tout au long de cet article.  Je me dois de te dire que ces supports que je te partage s’adresse au collectif et que peut-être tout ne va pas te parler. Je t’invite à prendre ce qui te parle dans l’immédiat, et à y revenir régulièrement pour y puiser les ressources qui te sont nécessaires au juste moment. 

Aussi, je te demanderai de ne pas partager les pièces Bonus même si tu imagines qu’elles pourraient servir à une de tes connaissances. Pourquoi ? Parce que ces bonus font partie d’un Tout et d’un cheminement pédagogique. En le partageant comme un document seul, l’effet bénéfique qu’il pourrait avoir ne sera pas au rdv car il sera sorti de son contexte et la personne ne pourra pas forcément en comprendre la direction. C’est une ressource gratuite cependant. Tu peux inviter la personne en question à découvrir d’abord l’univers du Blog Passage(s) pour qu’elle s’en imprègne et qu’elle fasse le choix libre de poursuivre le chemin dans cette communauté ou non. C’est une manière de quitter notre instinct sauveur pour offrir la liberté. 

Je voudrais commencer par te remercier et te féliciter d’emprunter ce chemin, qui n’est pas le plus simple et qui demande du courage. Si tu devais commencer par quelque chose, dès aujourd’hui, je te proposerais de prendre conscience de cela et de te remercier tout simplement. Je te le dis, ce que tu fais, même ne serait-ce qu’en lisant cet article est admirable, sois-en intimement convaincu.e.

Comment être sûr.e que nous sommes sur notre chemin personnel ? Qu’est-ce qu’ « être sur sa Voie » ? Bienvenue sur le Blog « Passage(s)», ce blog cher à mon cœur dans lequel je partage aux Âmes sensibles convaincues qu’un nouveau monde est possible, mes réflexions et mes découvertes, sur la quête de Sens et la Vérité intérieure. Trouvons ensemble du sens dans un monde qui a perdu la boussole et accompagnons ton Passage.

Claire MAUNIE DEBIN Blog PASSAGE(S) Comment être sûr que c'est bien ma Voie ? Credit photo Loggawiggler de pixabay

De découvertes en Découvertes

Etre sur la Voie VS Etre à côté de la plaque

Du jour où ma vie a basculé, j’ai vu, face à moi, un gouffre béant prêt à m’engloutir. De l’inconnu, uniquement de l’inconnu. C’est un épuisement total qui m’a frappée en 2011. On m’a parlé de Burn Out… Mais c’était bien plus profond. Aujourd’hui je parlerais plus volontiers de Nuit Noire de l’Âme.  Les codes que j’avais appris jusque-là pour m’en sortir dans la vie de tous les jours, dans ma vie professionnelle, dans ma vie de maman et ma vie sentimentale ne me servaient plus, plus rien ne faisait sens. Tout mon quotidien s’est retrouvé chamboulé et j’ai eu le sentiment de devoir tout réapprendre. Quels moments troublants et difficiles j’ai traversés. J’ai beaucoup de tendresse pour celle que j’étais, pour celle que je vivais, alors fébrile de manque de connaissances ou plutôt devrais-je dire, de manque de conscience. Je vivais à contre-sens, de manière contre-intuitive avant mon grand Reset ; Je l’ai souvent partagé sur mes réseaux sociaux, la femme que j’étais survivait, se sur adaptait pour se conformer plutôt que de vivre. Etais-je sur ma Voie ? Absolument pas. Je dirais que j’étais plutôt à l’inverse : « à côté de la plaque ».

Sous les couches, la pépite

De mon détestable néant, j’ai débuté ma quête, sans vraiment m’en apercevoir au départ. Je ne le savais pas, mais j’allais découvrir un univers passionnant où la seule chose à trouver n’était autre que cette petite pépite que j’avais oubliée en moi, bien dissimulée sous tant de couches. Parce que, depuis notre naissance, les couches, nous les connaissons : les couches des apprentissages, de la morale, des jugements, des conditions, des négociations, des convenances, des peurs, et j’en passe. Personne n’y échappe à ce que j’ai appris…

Alors qu’avais-je donc oublié sous toutes ces couches ? Qu’est-ce que j’avais de si beau en moi (parce que c’est toujours beau) à découvrir à ce moment précis de ma vie où, niveau estime de moi, ce n’était pas le top.

De l'Or Pur

Cette pépite d’or que nous avons tous, c’est notre raison d’être, notre moteur de vie, notre moteur d’épanouissement, notre art qui nous accomplit. C’est notre Dimension Sacrée.

Etre sur sa voie, c'est quoi ?

La Voie, selon moi, ce serait toutes les occasions, tous les domaines de vie qui nous sont donnés de vivre au cours desquels nous pouvons nous accomplir et laisser briller notre pépite. Être sur sa Voie, ce serait cette capacité, consciente ou non, que nous avons chacun à marier notre espace intime et sacré (notre or) avec l’environnement dans lequel nous évoluons et dans toutes les situations nouvelles ou non qui nous sont données d’expérimenter. Lorsque notre pépite brille, c’est alors pour notre bien et celui d’autrui, et pour le bien de la collectivité.

Claire MAUNIE DEBIN Blog PASSAGE(S) Comment être sûr que c'est bien ma Voie ?

Un chemin de solitude ou chemin solitaire

Enlever les couches, et ne serait-ce qu’effleurer notre pépite, peut prendre du temps et de l’énergie. Nous pouvons tourner en rond à des moments charnières de notre compréhension, nous pouvons vivre de lourds moments de crispations et d’impatience. Voire même, et je les ai vécus tant de fois, des moments de crispation tels qu’une détresse peut s’installer. C’est là que j’ai appris qu’il me fallait accepter le plus inacceptable : j’empruntais un chemin en solitaire. Pour la première fois de ma vie, j’allais devoir être ma meilleure alliée, et je comprenais la profondeur spirituelle de l’expression « me prendre par la main ».

Marcher seul.e fait partie de l’apprentissage pour trouver la Voie, la Voix. Marcher seul.e, ce n’est pas être esseulé.e, voire abandonné.e. Pour ceux qui portent cette blessure comme je l’ai portée, le chemin de solitude et l’isolement qu’il implique peut être douloureux, c’est certain. Il a fallu que je me console de nombreuses fois comme j’ai pleuré si souvent. Or ici, il ne s’agit pas de ça. Pour écouter les profondeurs, pour accueillir les messages de l’Âme et voir notre pépite briller, la dispersion n’est pas la bienvenue. Marcher seul.e aide le Silence et le calme intérieur à s’installer. Le silence est un appui et « faire silence » devient un acte volontaire et non subi. C’est un acte choisi pour accomplir. Voilà une belle différence.

NEWSLETTER | En t’inscrivant, tu me permets de garder ton contact pour être informé.e de mes actualités comme les articles de Blogs, les produits et services que je propose. 

Au cours de l’été 2019, j’ai vécu une expérience qui m’a fait découvrir ma capacité à savourer les moments solitaires de recueillement. C’était pendant une quête de Vision pendant laquelle j’ai dû passer 4 jours et 3 nuits, seule, dans les bois, dans un périmètre restreint (un cercle de 3m de diamètre) et à jeun. J’ai vécu alors un de mes plus beaux Passages. C’était très solennel. J’ai adoré cette rencontre avec l’infini où, cette fois-ci, plutôt que de me sentir happée, j’avais prête à tout explorer. Depuis cette aventure, j’aime ces moments de silence que permet le chemin solitaire, c’est toujours une occasion pour moi de me recharger.

Blog PASSAGE(S) Article Comment être sûr que c'est bien ma Voie De Claire MAUNIE DEBIN Crédit illustr Alana Jordan de Pixabay

Crier au monde mes découvertes telle une louve

La sensation de solitude peut nous effrayer pendant notre quête. D’autant plus que nous aimerions partager ce que nous vivons et qu’il n’est pas facile de trouver un interlocuteur compréhensif. Il est intéressant de nous questionner sur ce que signifie la solitude pour chacun d’entre nous et de voir quelle forme de vérité nous avons créé autour de ce concept pour en assouplir les angles et les points de vue. J’ai mis du temps également à comprendre que je pouvais garder précieusement mes expériences en moi, pour moi, pour les conserver intactes et vierges de tous jugements, pour leur laisser la saveur des belles émotions qu’elles m’ont procurées et leur permettre de préserver leur douce intensité. Lorsque je me sens enivrée de mes découvertes, je médite dans la joie, je me vis louve, en haut d’une falaise au clair de lune, hurlant, mes échos vibrant dans tout l’univers.

Se sentir habité.e

Ces espaces où nous nous retrouvons seul.e.s avec nous-mêmes sont autant de portes ouvertes pour aller rencontrer paisiblement notre or, en récolter les fruits (les messages) et, plus nous allons à la rencontre de cet espace, plus nous nous sentons habités (avis à tous ceux qui ressentent un vide en eux). Voici un chemin solitaire heureux, âm-oureux, qui mérite d’être emprunté.

Une silence, une couche

Lorsque nous nous autorisons un peu de silence, de calme, de mise en conscience, nous nous offrons une délivrance et des petits moments sympas de joie à chaque levée de voile. Cheminer en solitaire ne veut pas dire exclure toute aide. Les voiles se lèvent une fois que les couches qui nous pèsent sont identifiées. Elles sont si difficiles à enlever parfois, et cela s’explique entre autre par le fait que nous avons fait le choix, inconscient ou non, de ne plus les voir ou que nous n’avons pas trouvé comment nous en débarrasser. Or identifier et prendre conscience de nos filtres, de nos croyances limitantes et donc de ce que j’appelle les couches ou les voiles est une étape importante. Comment prendre conscience ? En écoutant les histoires des autres, en regardant un film, en lisant un livre qui nous inspire, en accueillant une information qui nous questionne. Tout évènement qui peut nous amener à nous questionner et qui dit question, dit début de clarté.

Et puis, si quelque chose doit être levé, que nous en sentons fortement le besoin et que c’est le moment, il est aussi possible de solliciter de l’aide auprès d’une personne de confiance. Par l’échange, identifier les blocages ou mettre le doigt sur des possibilités que nous n’avions pas encore envisagées devient plus facile.

Couche après couche, nous nous allégeons de l’inutile et de la vacuité de notre quotidien et tout devient beaucoup plus fluide. Nous nous rapprochons de notre centre, et l’intuition prend le relais et nous pouvons alors rêver notre vie, ce qui réserve aussi son lot de surprises ! J’aurai certainement l’occasion d’écrire un article à ce sujet ;

Blog PASSAGE(S) Article Comment être sûr que c'est bien ma Voie De Claire MAUNIE DEBIN Crédit illustr AdelinaZw de Pixabay
Blog PASSAGE(S) BONUS A TELECHARGER

NEWSLETTER | En t’inscrivant, tu me permets de garder ton contact pour être informé.e de mes actualités comme les articles de Blogs, les produits et services que je propose. 

Mayday, mayday, monde turbulent

Dans tout ce bordel, suis-je sur mon chemin ?

Dans tout ce bordel ambiant, suis-je sur mon chemin ? Facile de se sentir destabilisé.e dans ses choix dans ce monde qui bouge sans cesse et pas toujours dans le sens que nous aurions aimé. Pour répondre à cette question « Suis-je sur mon chemin ? », je crois que nous ne le savons vraiment que lorsque, rétrospectivement, nous lisons sur le plan toutes les étapes par lesquelles nous sommes passés, celles que nous avons franchies et celles qui ont été éprouvantes. Il est alors plus facile de se dire à cette lecture: « j’ai bien fait de passer par là », ou « tiens, là, c’était pas ma meilleure idée », ou « je me suis tellement éclatée quand je faisais ça ! »… Ce feedback permet d’affiner les ressentis que nous avons vécus sur le moment et d’analyser avec plus d’objectivité que sur l’instant les conséquences des décisions prises.

J’ai pris des décisions dans ma vie que j’ai regrettées plus tard. Je me souviens très bien de mes euphories avant de faire des choix, qui se sont révélés peu judicieux et, de ces expériences, j’ai compris que mes euphories n’étaient pas mes meilleures alliées pour utiliser ma boussole. A mesure de mes essais et « erreurs », j’en ai conclu que je devais prendre mes décisions avec quelques jours de battements pour voir si l’idée de départ était toujours aussi lumineuse qu’elle n’en avait l’air. Le feedback est une autre clé majeure. C’est une façon de s’observer et de s’autoquestionner que j’ai toujours eu à cœur de transmettre et que j’utilise quotidiennement. Avoir réalisé un autofeedback me permet de reconnaître mes automatismes et de voir avec plus de clarté ce que je dois faire pour savoir ce qui sera une bonne décision de ce qui n’en est pas forcément une.

Blog PASSAGE(S) Article Comment être sûr que c'est bien ma Voie De Claire MAUNIE DEBIN Crédit illustr Arek Socha de Pixabay

Parfois je vais m’inviter à prendre mon temps avant de faire un choix parce que tout semble être passé au vert mais je sens que mon cœur me dit que non (comme cet article que j’écris frénétiquement dans un premier temps et que je relis sur 5 jours consécutifs avant de le publier pour être sûre de tout valider). Parfois, je vais reconnaître cet élan qui, d’un instinct salutaire va me confirmer que oui, que tout est bien là et que je peux y aller les yeux (presque) fermés. Et puis, de mes expériences d’anxieuse, je peux reconnaître mes moments de doutes dès qu’ils se présentent et je me rappelle que lorsque j’ai douté auparavant, ça ne m’avait pas servi à grandchose et que tout s’est finalement bien passé quelque soit l’issue des évènements. L’objectif dans tout cela est d’apprendre à s’apprendre.

Si tu fais un détour, tu apprendras quand même

Si tu réfléchis de façon consciente, tu peux convenir que les détours de ta vie n’ont pas été des pertes de temps ou d’énergie. Ils ont peut-être été galères mais ils ont TOUS été riches d’informations, informations qui t’étaient utiles pour avancer, pas à pas. Tu as peut-être appris comment travailler avec des personnes avec un tempérament difficile (bravo, tu as développé des capacités relationnelles dont tu ne te pensais pas capable ou tu en as convenu que tu souhaitais dorénavant travailler dans un environnement qui te correspond davantage ou autre conclusion aidante pour toi), tu as peut-être été obligé.e d’effectuer des missions qui n’étaient pas raccord avec tes valeurs (et donc bravo, tu as identifié des valeurs auxquelles tu sens que tu dois porter un certain intérêt à partir de maintenant et te repecter dans ce sens dorénavant) etc… A toi maintenant de recomposer tout ça et de stocker ces informations sur les pièces de ton puzzle. (C’est ce que je t’invite à faire dans le Bonus)

Claire MAUNIE DEBIN Blog PASSAGE(S)

Il est temps de se mettre au puzzle

Ce qu’il était important que je te dise, c’est que tu n’as pas besoin d’attendre 10 ans pour lire ta carte et de retracer ton chemin. Tu peux le faire chaque jour, à n’importe quel moment, à partir du moment où tu commences à mettre en doute ce que tu as connu jusqu’à maintenant et que tu ressens une forme de lassitude dans ta vie. Tu as le pouvoir de l’orienter et de sortir de tes détours. C’est comme si, à chaque fois que tu regardais ce chemin que tu as parcouru, tu jetais un coup d’œil dans le sac que tu portes sur le dos pour voir ce que tu y as accumulé, à chaque expérience, et comment aujourd’hui tu pourrais t’en servir pour poursuivre ta route. Là sont tes réponses, même si elles ressemblent souvent à un puzzle 4000 pièces (parfois ressenti 10000, c’est pour dire !).

Pas simple donc… d’autant plus que nous ne sommes pas aidés par cette époque dans laquelle nous nous sommes incarnés. Notre monde nous réserve bien des leurres, des avis et contre-avis, des injonctions et leurs contraires, des libertés de plus en plus bafouées, des guerres, et tout cela peut vite nous absorber, nous égarer, nous pomper l’énergie qu’il nous reste. Si comme moi tu ressens le monde à fleur de peau, tu peux voler comme une feuille qui n’a rien demandé en pleine tempête. De quoi avoir le tournis et ne plus être focus sur ta carte et ta boussole. Si tu es très empathique, tu peux t’égarer facilement en vivant avec les autres (voire à la place des autres) leurs histoires et tu perds la boussole… Tu peux aussi laisser le lead à quelqu’un qui saura toujours mieux que toi, toujours plus que toi ce que tu dois ou ne dois pas faire… et hop, tu fais girouette et ça te perd… Et avec tout ça, tu peux très facilement douter de toi-même, de cette petite voix vitale que ta pépite émet et que tu n’entends plus. Pourtant, elle est là pour te guider mais tu n’es plus disponible pour l’écouter… Epuisant, oui !

Blog PASSAGE(S) BONUS A TELECHARGER
Claire MAUNIE DEBIN Blog PASSAGE(S)

Ce que tu peux traverser ou ressentir tout au long du chemin de quête?

  • C’est le mot errance qui me venait le plus facilement à l’époque. Une errance lourde, pesante. Je me suis souvent sentie en roue libre, seule sur mon chemin de quête. J’ai souvent ressenti le besoin des enseignements d’un maître, d’un initié. Et heureusement la vie m’a permis de rencontrer des personnes-clés dans cette galère. Mais, Alerte posture : j’ai souvent attendu beaucoup de certaines d’entre elles, qu’elles me disent carrément ce pour quoi j’étais faite ! J’attendais qu’elles me disent quoi faire ?! FBI (Fausse Bonne Idée) : c’est le meilleur moyen de se placer sous influence et de faire fausse route.
  • Tu peux te sentir très fatigué.e et à chaque découverte hyper stimulé.e. Tu peux avoir l’impression de vivre des moments d’euphorie lorsque tu découvres une information clé sur ton parcours et tu peux vivre des journées éreintantes à te demanderce que tu fous là et avec toute cette fatigue, tu n’as pas plutôt un problème de santé. Fatigantes les montagnes russes !
  • Tu peux te sentir incapable de faire des choix, quitte à te sentir bloqué.e, ce qui est tout autant insupportable. La peur de te tromper, de te planter (encore une fois peut-être…), la peur d’échouer.
  • Tu peux ressentir un doute permanent qui peut te ronger et ce doute qui alimente l’angoisse à chaque fois que la question « Suis-je sur ma Voie ? » revient.
  • Une incapacité à en parler, à exprimer cette foutue Solitude, qui devient une Souffrance quand, en plus, le peu de fois où tu tentes de t’exprimer, tu entends « tu te poses trop de questions » et tu ressens une vive Incompréhension…
  • Une frustration bien sympa et des montées de colère, d’impatience douloureuse qui ne trouvent pas d’échos autour de toi et tu peux te sentir encore plus esseulé.e.
Blog PASSAGE(S) Claire MAUNIE DEBIN

J'veux rien lâcher !

Tremble Ego !

Et si ta quête ne devait pas être menée comme tu gères ta vie ? Au quotidien, tu as l’habitude de gérer, de planifier, de maîtriser autant que possible. L’Ego est un bon maître en la matière. All is on control ! Mais tu arrives toujours au même point:  ta quête devient, comme ton quotidien, rigide, frustrante, et tu peux même sombrer vers un burn out spirituel, nourri.e d’impuissance et de désillusions sur ce chemin aussi. A ce demander mais « où est le bon chemin !!?? », une fois de plus.

La quête de l’Or ne joue pas sur la même partition. Il me semblait intéressant que j’expose ce sujet ici même s’il nécessiterait plusieurs pages selon moi. (mais je me retiendrai 😉 

Matière VS Univers

Surfer dans le néant, ce n’est pas ce qui nous vient le plus facilement j’avoue. Quand nous entrons en quête, que ce soit après un Burn Out, une forte crise émotionnelle déclenchée par un évènement marquant de notre vie, une anxiété liée au drame climatique ou au drame humanitaire, c’est une montagne de questions qui nous attend. Pourquoi ? Comment ? Comment faire ? Avec qui ? De quoi se sentir perdu et un peu tendu. Nous pouvons avoir l’impression de défricher un espace qui n’a pas été exploré et de devoir tout apprendre de cet univers. Nous cherchons à maîtriser un maximum pour faire face au danger et ne pas mourir tout simplement.

Et c’est là que nous entendons le fameux « Mais, lâche prise !!! »

Lâcher prise ?! Oui mais bon, rien que l’expression me mettait les chocottes. « Si je lâche, je tombe ! » et ce n’est pas plus compliqué que ça pour notre petit Ego qui n’aime pas que les choses soient en roues libres.  

Ça peut sembler contre intuitif et pourtant… Tout se décantait et je franchissais mes paliers d’apprentissage avec souplesse. Et quand ? Quand j’arrêtais de tout maîtriser. Parce que voilà, « lâcher prise » c’est laisser libre cours à ce que la vie a à nous offrir et le choper quand c’est là, du mieux que possible.  On découvre progressivement que, par des séries d’expériences personnelles (répétées jusqu’à ce qu’on ait compris le projet et le message de l’univers), notre timing sur cette Terre (espéré par notre Ego) n’est pas le timing qui nous guide réellement. Ce que la vie a à te proposer, tu le rencontres souvent quand tu ne t’y attends pas. Déroutant, je sais… Et pourtant, tout le monde en fait l’expérience un jour ou l’autre. Une rencontre qui bouleverse le cours de notre vie, une opportunité à saisir au bon moment… Et c’est drôle (si je puis dire parce que je n’en ai pas ri souvent sur le coup !) mais, dans mon ancienne vie, j’avais une phrase qui revenait souvent : « je ne suis jamais dans le bon timing ! ». Et Bah normal, tu étais à côté de ta plaque ma chère Claire ! Comme je marchais à côté de mes pompes avec des choix qui ne me correspondaient pas et qui étaient largement influencés par mon environnement, j’en étais aveuglée et je ne pouvais pas voir les flèches qui m’étaient destinées sur la Voie pour saisir mes opportunités.

Quand tu es dans le flow, tu rencontres et tu vis cette vibration magique, et notamment quand tu exprimes ton art. Alors, le temps n’existe plus. Alors comment maîtriser dans un univers qui n’a pas de limites (hormis celle de notre Ego)? Comment maîtriser ce qui ne peut que se laisser porter, flotter ? La réponse est assez simple, il n’y a pas à maîtriser, il y a à être dans la conscience de ce qui se présente à nous.

Contrôler ne fait pas partie des règles de ce jeu de la Quête. Voici encore un apprentissage important de la posture, qui se fait par l’expérience et la validation de ces expériences, petites expériences après petites expériences. Quand tu vis le flow, tu le ressens, tu le savoures et tu valides que c’est bien réel. Ton Ego relâche un peu la maîtrise et il accepte la sécurité et le bien-être dans lequel tu te plonges à chaque flow qui passe. C’est vertueux. Bienvenue dans les ressources illimitées de l’Univers!

Je t’explique cela dans les grandes lignes mais j’aurais peut-être l’occasion de le détailler dans un autre Article (et oui, j’ai les idées qui fusent !). En attendant, tous ces concepts tu peux les explorer dans la science quantique. A toutes fins utiles, je mets à ta disposition une bibliothèque en ligne que j’alimente régulièrement au fil de mes découvertes. Tu peux y accéder en cliquant ici.

Blog PASSAGE(S) Article Comment être sûr que c'est bien ma Voie De Claire MAUNIE DEBIN Crédit illustr Alana Jordan de Pixabay

NEWSLETTER | En t’inscrivant, tu me permets de garder ton contact pour être informé.e de mes actualités comme les articles de Blogs, les produits et services que je propose. 

Tu vas t'égarer parfois et c'est OK!

Tu vas te retrouver parfois tellement enthousiaste sur ton chemin de quête que tu vas vouloir maintenir le cap à tout prix et hop, tu vas glisser vers le contrôle. Et, dans ce monde de foufous, tu vas relâcher aussi. Et c’est ok, je veux dire par là que l’indulgence sera aussi une de tes clés. Ça peut durer quelques heures, quelques jours et ça arrive, quelques mois. Il te sera aussi plus difficile de te reconnecter à ta pépite selon l’écart que tu auras emprunté. Pour te donner un exemple, nous avons pour projet d’acheter une maison et il s’avère que lorsque je suis confrontée aux aberrations administratives, ça me décentre direct ! Là ça me demande de la ressource pour revenir dans mon ancrage.

J’ai pensé plusieurs fois à partir vivre au bout du monde (pas seulement pour fuir les aberrations administratives je te rassure), éloignée de toutes les dispersions, mais j’en ai déduit que ce n’était pas la solution non plus…  Donc, il va t’arriver de replonger dans les colères face aux injustices du monde, de replonger dans la tristesse, etc… Mais souviens-toi d’une chose : Ta Voie est toujours là, tu peux y revenir. Les émotions que tu traverses alors, tu peux les prendre comme des messagères qui t’indiquent ce que tu as à réguler dans ton quotidien. Keep cool. 

Ma petite méthode à moi depuis 2 ans : Quand je perds pied (car ça m’arrive encore), je fais une neuvaine. Je prie, et en quelques jours, je reprends un chemin plus apaisé. Un bon temps de transition pour moi, important pour revenir à mon espace d’amour. Le monde extérieur me bouscule avec une telle violence parfois (faut dire qu’on est verni en ce XXIème siècle), qu’il m’arrive de mettre plus de temps qu’auparavant pour me recentrer. J’ai mis en place des rituels quotidiens pour maintenir au mieux mon cap, qu’ils soient de l’ordre de la prière, un travail que mes intentions, une discipline alimentaire. Ca me structure et fonde ma base.

De nombreuses fois, avant d’adopter les neuvaines dans mes rituels, je ne me faisais pas assez confiance et surtout je ne faisais pas suffisamment confiance en l’Univers. Dès que je déraillais, si je puis dire, je cherchais une aide extérieure, des personnes pour me guider, m’aider, m’accompagner. Soit pour m’aider à me recanaliser, soit parce que je cherchais à me provoquer des électrochocs pour avancer plus vite et de façon plus intense, c’était presque proportionnel au niveau de ma souffrance du moment. Jusqu’au jour où j’ai pris conscience que j’y allais encore frontalement, avec mon approche de la vie provocatrice alors que je devais aussi apprendre à être autonome sur ma Voie.

Blog PASSAGE(S) Article Comment être sûr que c'est bien ma Voie De Claire MAUNIE DEBIN Crédit illustr AdelinaZw de Pixabay

Je me suis cassé la figure plusieurs fois après mon grand Reset, après ma Nuit Noire. J’ai vécu plusieurs récidives. J’ai vécu des périodes où les montagnes russes avec mes émotions me brassaient et tout cela allait de pair avec ma façon de concevoir les choses. J’ai cherché à contrôler dans l’espoir de faire mes découvertes, plus rapidement. J’ai rigidifié ma vie sous couvert de quête personnelle et d’épanouissement personnel mais je me suis apporté de nouveau mon lot de souffrances; Par exemple, quand j’ai fait ma reconversion professionnelle, j’ai ouvert mon cabinet de coaching et d’accompagnement thérapeutique, et je me suis appliquée à chaque seconde tout ce que je dispensais comme ouvertures à mes clients, et je ne me laissais aucun répit, glissant sournoisement vers le « tu dois être parfaite, irréprochable ». Je me suis laissé gouverner par le jugement des autres qui est devenu mon petit dictateur. Ni vu ni connu, je me suis éloignée de mon lien avec moi-même préférant un référentiel extérieur à moi (le jugement des autres est extérieur à nous), et je souffrais de nouveau. Telle une boule de flipper, j’ai poussé mes contradictions au maximum, en oubliant de me laisser du leste, de respirer et de vivre tout simplement. J’ai connu l’art de complexifier ma vie et j’avoue, j’ai excellé dans ce domaine ! Identifier cela est important pour revenir sur la Voie, douce, sereine, confiante et joyeuse. Observer cela nous donne de bons indices pour les fois où nous nous détournons de la Voie et les fois où nous y sommes.

Blog PASSAGE(S) BONUS A TELECHARGER

Les décisions justes

Mettre sur pause

Je me suis aperçue à la fin de l’année 2021 que ce que j’avais mis en place dans ma vie était devenu trop lourd pour moi et surtout trop contraignant. J’étais en tension physique et mes émotions de nouveau à fleur de peau. Ça n’allait pas. A bout de souffle, j’ai pris la décision de fermer mon cabinet. J’avoue que sur le moment, je me suis sentie contrainte de prendre cette décision. Je sais aujourd’hui que c’était un chemin de libération, un de plus. Malgré cela, une impression était là, que j’ai d’ailleurs niée au départ. Pour la première fois, depuis ma reconversion professionnelle, depuis la création de mon cabinet, depuis tous les changements que j’avais opérés dans ma vie, je savais que j’allais vivre une étape des plus bouleversantes : celle d’être dans ma Vérité. Et c’était intimidant mais extrêmement palpitant. Je me suis mise en retrait pendant 2 ans. De mon recul, aujourd’hui, malgré les détours, je suis en mesure de dire que j’étais sur ma voie depuis le début. Ce silence et cette mise en marge m’ont permis d’identifier que ma Voie était bien d’accompagner, de transmettre pour aider quiconque veut s’engager dans son Passage. Seulement, je n’avais pas encore pris conscience de MA manière de le faire. Pendant deux ans, j’ai reçu mes indices, les uns après les autres et j’ai pu identifier avec de plus en plus de clarté ma trame majeure, ce qui me fonde pour créer de mieux en mieux, à la manière qui me colle le plus à la peau, d’où le fait que, lorsque je me demande si je suis aujourd’hui sur ma Voie, je me sens plus sereine qu’auparavant.

Je le savais depuis toujours mais je ne le voyais pas

À tout moment, tu peux faire ce petit travail de mise en perspective de tes étapes et de ta vie. Je te le conseille même, c’est très stimulant et tellement rassurant. C’est ta quête, et ton en-quête. Te l’approprier est ta clef principale. Tu sais mieux que quiconque ce que tu dois valider. Personne ne le saura mieux que toi.

Lors d’un rdv avec un médium, (car oui, comme moi, apprendre des choses sur toi par un médium ou un astrologue te fascine j’imagine) j’apprends que je dois suivre mon Or… Mon Nord ??? Bref, je devais suivre quelque chose mais bon, quoi ?

Je comprends mieux le message car inconsciemment, c’est ce que j’ai fait… J’ai suivi mon Nord pour trouver mon Or. Depuis toujours, guider, accompagner a fait partie, d’une manière ou d’une autre, de ma vie. J’ai transmis mes connaissances, d’abord en choisissant d’aller dans l’éducation nationale, ensuite dans les entreprises dans lesquelles j’ai travaillé, où je finissais toujours par avoir une place de communicante et de support formation. Au sein de mon cabinet, je transmettais mes découvertes et je questionnais mes clients pour qu’ils trouvent leur clé. Aujourd’hui je me prépare avec joie pour accueillir de nouveaux les quêteurs qui ont besoin de clarifier leur étape de vie. J’ai suivi mon chemin depuis toujours, sous des formes différentes mais je doutais car je ne le voyais pas. Ce que j’observe aujourd’hui c’est que d’une forme à l’autre, je reviens toujours à l’enseignement, la transmission par les expériences que j’ai moi-même menées, le guidage, et l’aide pour que chacun fasse ses propres Passages. C’est devenu évident et je n’ai pas fini de préciser tout cela encore. Les découvertes sont illimitées, c’est ça qui est chouette !

S'approprier son chemin

La clef de l’appropriation de son chemin réside dans le fait de puiser SA Connaissance personnelle par Immanence (à l’intérieur de soi), la connaissance qui est restée en Soi, plutôt que par Transcendance. 

Est immanent ce qui est intérieur à l’être et qui ne renvoie à aucun principe extérieur. Est transcendant ce qui provient d’une cause extérieure, souvent de « nature supérieure ».

Nous avons particulièrement bien assimilé la Transcendance car c’est ce que nous avons connu depuis toujours. Accueillir, assimiler et respecter inconsciemment les influences du collectif, de la culture dans laquelle nous avons été immergés depuis notre naissance, la culture familiale, et sa propre culture personnelle venant confirmer ces influences. La clef de l’immanence, c’est la clef du Lien. Se relier à Soi. Et cela passe par une phase de tri, de décapage presque je dirais… Une phase impliquante et confrontante.  Une phase responsabilisante aussi. Une phase libératrice en toutes fins. Dans cette phase, nous comprenons et nous acceptons d’être, dans notre sphère intime, notre propre référentiel. Il ne s’agit pas ici d’égocentrisme et de faire tourner le monde autour de notre nombril, voici là encore une croyance populaire qui nous retient dans des fondations qui ne sont pas les nôtres. Il ne s’agit pas de refuser les codes et les lois qui donne une cohérence au vivre ensemble. Il s’agit d’une reliance à ce qui est de plus fondamental et de plus cher à notre potentiel de vie sur Terre, le Sacré en chacun de nous. Et c’est un défi, dans ce monde qui nous apprend à nous couper, à nous diviser, à aller chercher toujours plus et surtout toujours ailleurs dans une culture du manque et du vide intérieur.

Blog PASSAGE(S) Comment être sûr que c'est bien ma Voie ? Claire MAUNIE DEBIN

Mettre sur pause

Tu peux retenir cela : quand ça force de trop, ça ne veut pas dire que ce n’est pas la Voie, c’est peut-être qu’il faut faire autrement…

Ça peut paraître bête mais au lieu de continuer à perdre de l’énergie en faisant comme d’habitude, comme chercher à convaincre les autres, chercher à correspondre à ce que les autres veulent, se soumettre aux jugements, ou à attendre que quelqu’un nous dise quoi faire, ou même quoi penser, prendre confiance en nos propres réponses est une petite expérience à tenter, surtout si notre niveau de souffrance est devenu insupportable.

Faire confiance à ses propres ressentis, faire confiance à son pif, c’est tout de même intimidant au début. Nous avons peur de nous planter. Alors, pour donner de la valeur à mes propres ressentis, à mon feeling, il fallait que je me base tout de même sur des faits, mes propres faits, mes propres expériences. Qui dit reliance avec soi, dit reliance avec son expérience, son corps, ses émotions et tout ce que ces 3 éléments apportent comme indices sur notre Voie.  J’ai fait un exercice tout simple : J’ai retracé le cours de ma vie et des étapes marquantes qui me revenaient naturellement en tête. Pour chacune d’entre elles, je me suis d’abord observée sur l’instant (qu’est-ce que j’ai ressenti à l’époque ? Comment mon corps a réagi ?), puis je me suis observée de mon perchoir d’aujourd’hui pour regarder la situation avec un recul, source de conscience, et  avec le plus d’objectivité possible. Et j’ai vu beaucoup de choses ! J’ai vu les choix que j’avais fait : ceux que je croyais être le miens, ceux que j’avais fait sur un coup de tête et il s’avère que parfois j’ai eu raison et parfois je me suis emballée un peu trop… J’ai vu aussi les choix que j’ai fait au talent (comme diraient mes enfants), parfois contre l’avis de mon entourage et qui ont été les moments les plus merveilleux de ma vie.

Claire MAUNIE DEBIN Blog PASSAGE(S)

Réécris ton histoire émotionnelle

J’ai réécrit mon histoire émotionnelle, j’ai réuni les pièces de mon puzzle, avec les étapes de ma vie que j’ai fini par valider comme étant des étapes qui me correspondaient. Ce sont ces pièces que je reprends aujourd’hui comme fil rouge pour tisser le reste de ma vie. Et je m’autorise à faire des réglages sur la forme. Comme d’accompagner et guider ceux qui en font la demande mais dans un cadre qui correspond à mes valeurs et à ma façon de concevoir l’accompagnement individuel.

Pour conclure

Passer par l’expérience, le corps, les émotions, c’est éveiller sa boussole et la régler le plus finement possible pour clarifier nos moments de blocage et prendre les décisions qui nous appartiennent. C’est cela, la Voie chamanique. Apprendre à s’apprendre, et s’aimer sur ce chemin. « Telle est la Voie » (Mandalorian dixit). Le Sacré qui s’ouvre en nous est la source d’abondance la plus extraordinaire qui soit, nous la portons et elle nous ouvre à l’abondance dans notre lien à la Terre, tout est là, bel et bien là.

Je reprendrai alors les mots de Marianne Grasseli Meier dans son livre Le réveil des gardiennes de la Terre : « Essayons consciemment la voie spirituelle de l’immanence : toute expérience sacrée qui nous connecte à notre corps, au cycle du vivant, en lui offrant soin, amour, beauté pour que le monde en soit transformé. »

Alors, il est fort fort fort probable que tu aies déjà toutes les réponses. Ton Ego va se tortiller certainement en lisant ces mots et tu vas te dire que « ouais d’accord, et maintenant ? ». Et bien maintenant, ton Ego peut se poser et réfléchir autour d’un bon café à ce qui a déjà fait ta vie. Les bons choix comme ceux que tu imagines les moins bons, et les relire, les réécrire pour en sortir finalement ce qui a été décisif. Ce que tu as appris, ce que tu as intégré, ce qui t’a fait vivre de belles émotions et ce qui était important pour toi derrière ces émotions. Tu vas alors découvrir tout un pan de toi qui rêve de s’émanciper et de s’épanouir. Parfois, une aide extérieure peut être la bienvenue, si tu en ressens le besoin c’est une option à ne pas négliger. En attendant tu peux télécharger la ressource bonus juste ici.

Avec ces repères, tu vas alors observer ton quotidien. Tu sais, comme quand tu as décidé d’acheter une voiture rouge, tu ne verras que des voitures rouges, et bien là tu verras les flèches qui continueront de te guider sur Ta Voie et cette fois-ci de façon consciente. Ça deviendra alors un jeu. Une joie même. Sans vraiment mettre des mots dessus, tu vivras avec ton Or, ton intuition se développant petit à petit, souriant aux petits indices que toi seul.e verras, que toi seul.e comprendras. Et tu sauras, pas après pas.

Puis ce sera une valse intuitive qui t’invitera sur la piste, intense de ta propre présence, Une danse Sacrée dont seul.e toi a le secret.

Si tu as des questions, des partages, des sujets que tu aimerais que j’aborde, n’hésite pas à le partager en commentaire dans ce blog ou en mode perso sur instagram ou sur mon groupe facebook privé Terre Sacrée. Je serai ravie de te lire.

En attendant de nous retrouver dans un prochain article,

Porte-toi bien

Claire

Claire MAUNIE DEBIN Blog PASSAGE(S)

Les éléments Clés | Le Recap

Claire MAUNIE DEBIN Blog PASSAGE(S)

Clé n°1

Remercie-toi intimement et sincèrement

Clé n°2

Accueillir avec simplicité le chemin en solitaire

Clé n°3

Le recueillement et le silence sont des cadeaux

Clé n°4

Demander de l’aide apporte de la clarté

Clé n°5

Le feedback permet de retracer son parcours, de le voir avec plus d’objectivité et d’en dégager notre trame, notre Voie

Clé n°6

Nos détours au cours de la quête sont apprenants

Clé n°7

La partition de la quête n’est pas la partition de notre Ego au quotidien

Clé n°8

Faire Pause

Clé n°9

S’approprier notre chemin par Immanence

5 1 vote
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest

1 Commentaire
Le plus récent
Le plus ancien Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Margot
Margot
18 jours il y a

Je suis très admirative de ton parcours. Merci pour tout.

PARTAGER CET ARTICLE

1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
Retour en haut